AIDER LES AÉROPORTS À SE PRÉPARER AUX CATASTROPHES NATURELLES

Préparation au programme GARD

L’homme ne peut rien face à la violence des tremblements de terre, des tsunamis, des éruptions volcaniques ou des inondations. Mais il y a une chose qu’il peut pourtant faire : il peut se préparer pour éviter que les catastrophes naturelles ne se transforment systématiquement en catastrophes humanitaires. La gravité de l’impact des phénomènes natures extrême peut s’accroître si les communautés et infrastructures ne sont pas correctement préparées.

Des goulets d’étranglement sont fréquents dans les aéroports locaux, qui se retrouvent rapidement submergés par la réception d’un volume important de fournitures de secours. Ils sont susceptibles de retarder voire d’interrompre l’acheminement de produits propres à sauver des vies. C’est sur ce point que se concentre notre programme de formation GARD (Get Airports Ready for Disaster, Aider les aéroports à se préparer aux catastrophes naturelles), que nous avons élaboré en collaboration avec le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en 2009.

Des employés qualifiés de DHL Aviation forment gratuitement des employés des aéroports et des représentants locaux des organismes de gestion des catastrophes naturelles. À l’occasion d’ateliers de plusieurs jours, ils montrent aux participants comment augmenter rapidement la capacité de leurs aéroports à la suite d’une catastrophe naturelle. Ils analysent également la capacité maximale de l’aéroport pour traiter les marchandises et les passagers en cas d’urgence. L’évaluation de l’aéroport est par la suite transformée en un rapport exhaustif. Si une catastrophe naturelle devait survenir, l’aéroport est ainsi en mesure d’utiliser ses ressources plus efficacement. Depuis 2009, plus de 30 aéroports dans 14 pays du monde ont fait l’objet d’une évaluation et organisé des ateliers GARD. Afin d’approfondir l’intégration des résultats de l’atelier initial, nous avons mis en place un cours de révision en 2012 intitulé GARD plus, et l’avons testé à l’aéroport de Beyrouth (Liban) la même année.

Trouver des informations complémentaires sur